LeGrandgousier

Lorsqu’un homme assiste sans broncher à une injustice, les étoiles déraillent

Textes et songs de Bertolt Brecht - Musiques de Hanns Eisler, Paul Dessau, Kurt Weill

Le Grandgousier vous emmène dans l’univers de Bertolt Brecht et rencontre son indignation devant un monde sans pitié ni merci, aux mains des possédants.

On sait combien l’histoire du Grandgousier est traversée par l’œuvre de Brecht. Cette fois, il s’agit de quitter les chemins de la dramaturgie « classique » brechtienne et de s’engager dans le continent de sa poésie et, par corollaire, de ses chants.

Brecht tente à travers toute son œuvre de se battre contre l’ordre établi. Il condamne, inexorablement, l’exploitation de l’homme par l’homme et l’impossibilité de toute démocratie si celle-ci n’est pas à la fois politique et économique. Et il réfute la fatalité d’un monde où l’homme serait un loup pour l’homme, d’un monde où il serait impossible d’être bon pour celui qui est dans le besoin puisqu’on risque soi-même de se faire dévorer. En écrivant : « Change le monde, il en a besoin » il nous invite, à l’instar d’Henri Lefebvre, à « penser l’impossible pour saisir tout le champ du possible ».

Vingt-quatre comédiens-chanteurs vous feront découvrir ses textes et chants dans le décor magique d’un ancien atelier du Val-St-Lambert. Rien de tel qu’un décor industriel pour porter les mots et les notes du génial dramaturge allemand !

Distribution : Avec Micheline Zanatta - Matthieu Venanzi - Jean-François Van Humbeeck - Melia Vangysegem - Noémi Valle Collado - Myriam Sommer - Anne-Marie Schoenaerts - Barbara Rossi - André Remy - Martina Pichler - Stéphanie Paul - Encarnation Martin - Hugues Hospital – Roger Guillard - Muriel Georges - Annick Funtowicz - Remedios Domene - Marc De Schepper - Frank Delandshere - Anne Degée - Ans Crémers - Roger Collinet - Laurence Brognet - Patricia Bay

Mise en scène : Patrick Bebi
Direction du chant : Alberto Di Lena
Costumes et scénographie : Marie-Hélène Tromme
Éclairages : Julien Legros
Création de l’affiche et infographie : Karim Selhab et Jean-Philippe Humblet